Les scientifiques n'ont probablement rien de plus intelligent à foutre

Voyageurs du temps, vous pouvez tuer votre grand-père

Par Romain

Mardi dernier, Henry Michel vous donnait rendez-vous le 7 mai 2005 pour une expérience (a priori) ratée de voyage dans le temps organisée par des étudiants du M.I.T. Au même moment, sur Wired, on annonçait qu’une équipe de physiciens avait « enfin résolu le paradoxe du grand-père ». Le monde peut enfin se rassurer et l’hypothèse préférée d’Henry Michel dans son article n’a plus lieu d’être. Car grâce à cette découverte, il n’y a plus aucune raison de la part d’un visiteur du futur de se taire. Au contraire.

En effet, pour le plus grand bonheur de tous, Seth Lloyd du M.I.T a fait cette découverte sidérante (avec quelques amis) : pour empêcher le paradoxe du grand-père, il suffit de l’interdire. Bingo. On n’a « plus le droit » de modifier le passé quand on voyage dans le temps. Ce qui veut dire que si, sur un coup de tête, vous décidez de revenir à l’époque de votre grand-père et – probablement parce que vous êtes un dangereux psychopathe – que vous voulez le tuer afin de passer dans la dernière de Faites Entrer l’Accusé avant que Christophe Hondelatte ne raccroche sa veste en peau de vache, vous en serez pour vos frais : votre grand-père est devenu immortel. Ou presque. Vous aurez beau essayer : votre pistolet s’enrayera, la lame de votre épée se cassera, vos mains (si vous comptiez l’étrangler) ne pourront plus rien serrer et ainsi de suite. Votre grand-père sera un dur à cuire. Enfin, ceci est une macro-vision de l’article publié par Lloyd et son équipe car leur propos se cantonne à la physique quantique avec pour objectif de démonter la théorie d’un autre physicien, David Deutsch, avec qui Seth est en bisbille tous les mercredis à la machine à café de la cantine depuis 1997 après un échange houleux mis en ligne sur son site internet.

Lloyd voulait acheter un livre et hésitait entre celui de David et celui de Roger Penrose. Finalement, « par une succession de hasards », il prend celui de David, The Fabric of Reality. Après lecture du livre, Lloyd décide d’envoyer une lettre à David où il explique qu’il est étonné car, puisque David « croit à la théorie de la multiplicité des univers de la mécanique quantique dans laquelle chaque fluctuation entraîne un nouveau monde équivalent au précédent », cela veut dire qu’il existe un univers parallèle où un Seth « bis » a décidé d’acheter le livre de Penrose. Et Lloyd ajoute : « Comment osez-vous dire cela ! J’ai aimé votre livre. Qui êtes vous pour me raconter que l’imposteur de l’autre monde est aussi réel que moi ? ».

La suite de la discussion entre les deux scientifiques a dû beaucoup faire rire dans les campus où ils enseignent, mais probablement pas au-delà (surtout quand ils en viennent à se questionner sur « comment un ordinateur quantique peut opérer plusieurs calculs en même temps sans créer des milliards d’univers parallèles », histoire à se tordre de rire pour les adeptes des équations de la fonction d’onde de Shrödinger).

Quoi qu’il en soit, les dix dernières années, Seth Lloyd s’est acharné à réduire à néant cette idée d’univers parallèles et c’est ce que la publication pointée par Wired tente de justifier sur dix pages de formules compliquées.

Mais, et c’est là où je m’aperçois que j’ai fait une introduction un peu longue quand même, c’est surtout dans les commentaires de l’article qu’il y a à débattre. On repère deux écoles : les réactionnaires physiciens qui réfutent en bloc l’idée même de la notion de temps autrement que dans notre cerveau et les utopistes humanistes lunaires qui rêvent à octets ouverts autour des multiples paradoxes du voyage dans le passé et le futur. Et ça ferraille dur entre eux.

Du côté des utopistes, on s’interroge. Pour l’un d’eux, voyager dans le temps veut forcément dire aller voir un autre univers puisqu’on ne peut pas revisiter notre propre passé. Un autre revient sur l’idée qu’il n’y a même pas besoin de tuer son grand-père pour modifier l’univers et que respirer l’air du passé suffirait. Le suivant se demande – au premier degré – si l’on peut vraiment annihiler son existence avec ce paradoxe « et qu’est-ce qui détermine l’enveloppe charnelle ? ». Les plus originaux s’enthousiasment à aller dans le futur plutôt que dans le passé afin de récupérer les drivers et la dernière carte graphique à la mode.

De l’autre côté, c’est le réalisme le plus strict qui opère. « J’aimerais bien que Wired arrête de publier des articles pseudo-scientifiques aussi irréalistes que le voyage dans le temps ; le voyage dans le temps ne peut pas exister car le temps n’existe pas ». « Si je tue mon grand-père, les lois de physiques s’en foutent puisque votre présence dans le passé est déjà un paradoxe ». Le plus vindicatif, sixwings, ajoute : « Tous les physiciens (Hawking, Thorne, Kaku) qui expliquent que la théorie de la relativité n’interdit pas le voyage dans le temps, sont des tarés, le temps est une illusion de l’esprit, il n’existe que MAINTENANT ».

Les échanges finissent par s’intéresser sur le sort de particules élémentaires dont on a un peu rien à foutre… En revanche, on aimerait quand même bien savoir pourquoi l’unique idée qui vient aux voyageurs du temps est celle de tuer leur grand-père ? Amis parents, si vous voulez vivre le plus longtemps possible, interdisez à vos petits-enfants de devenir des physiciens. On ne sait jamais : si ça se trouve Lloyd s’est planté dans ses calculs…

Photo CC Flickr Robert van der Steeg

  • […] This post was mentioned on Twitter by bienbienbien and TarValanion, Heights Johnson. Heights Johnson said: RT @bienbienbien: Billet : Voyageurs du temps, vous pouvez tuer votre grand-père http://tinyurl.com/2w2ucpb […]

  • Par Jackfromthepast le : 22.07.2010 repondre au commentaire

    Whhaaa, votre image d’illustration est vachement plus classe que celle de wired.

  • Par Nicolas le : 22.07.2010 repondre au commentaire

    On voit que ce sont les vacances… L’affaire « Jessi Slaughter » est apparue dans les « 100 meilleurs moments du web » de TF1 avant BBB ! :D

    Par Romain le : 22.07.2010

    Jessi, c’est plus le domaine de Vincent qui est actuellement loin d’internet.

    Par yenda le : 22.07.2010

    C’est quand que c’est passé ? J’ai juste trouvé un article sur LCI qui fait bien peine avec le ton classique anti-internet propre à TF1 mais pas de trace de passage sur TF1.

    N’empêche l’état de la gamine à 11 ans on se demande ce que font ses parents (ah oui ils gueulent de la merde sur des vidéos qui enflamment encore plus les haters).

    Par Nicolas le : 23.07.2010

    Oui, j’ai un peu exagéré, ce n’est pas encore passé dans « les 100 meilleurs moments du web ». C’était juste une référence à cet excellent article : http://bienbienbien.net/2010/04/02/la-crise-du-lien/

    Mais on trouve bel est bien des références à cette affaire dans des sites de la catégorie « Lien qu’on déteste » :D

  • Par ZaraA le : 22.07.2010 repondre au commentaire

    Rappelons quelques bases, qui je l’espère permettront aux physiciens de sortir des ornières. Le temps est trop souvent confondus avec un défilés à l’infini de phonogrammes. Chacun serait alors un univers à part entière. Chaque événement quantiques donnent naissance à un phonogramme différent. Le nombre de photogrammes n’est pas signifiant. Ils sont infinis quoi qu’il en soit. Or, cette conception à un gros soucis ontologique. Elle présuppose qu’il n’y a pas d’intervalle, mais une sorte de saut « d’existence » entre les photogrammes. La continuité du temps est ainsi rompu au profit d’une succession de diapos. L’autre conception prend l’exact opposé. Le lien, la continuité ou intervalle se confond avec l’instant. Je précise, histoire de pas vous perdre : entre deux instants, il y a un intervalle, une sorte de presque rien, pas rien, sinon, c’est le saut d’existence, mais pas non plus quelque chose, sinon c’est un moment, donc une durée. Bref, le temps est la presentification du passé dans un futur. Un mouvement, une dynamique, si vous voulez. On ne peut le fixer, mais on ne peut non plus l’étirer. Sa nature se refusse donc à être un bac à diapos, mais aussi de ses voir réduit à un rien tout le temps présent.
    Revenons au grand père, avec le pb du continuum temporel. En fait, voilà ou se situe le vrai paradoxe du voyage dans la temps : une date précise, n’existe pas, car il n’y a pas de mesure. Le temps n’est pas une suite de photos, vous vous souvenez. Et enfin, il n’est pas une unité continue, mais une dynamique. Donc, si l’on veug voyager dans le temps, on ne saurait jamais atterrir en fait… Et on louperait donc le grand père.
    Le voyage dans la temps est il possible ? Mais il existe déjà ! Ça fera l’occasion d’une autre intervention ;)

    Par Henry Michel le : 22.07.2010

    Toi tu cherches à baiser.

    Par Albert le : 23.07.2010

    C’est marrant parce que qu’elle que soit la forme sous laquelle c’est expliqué, le voyage dans le temps, c’est chiant…

    Par Melok le : 23.07.2010

    « Je précise, histoire de pas vous perdre »

    Raté

    Par Loulem le : 23.07.2010

    j’aime ca

    Par nellr le : 24.07.2010

    perso je trouve sa réponse archi interessante, merci :) ( je ne suis pas une geek)

  • Par Gruik le : 22.07.2010 repondre au commentaire

    Nice article

  • Par 967703 le : 22.07.2010 repondre au commentaire

    si je tue mon grand-père, LES CONSEQUENCES NE SERONT JAMAIS PLUS LES MEMES

    Par Scotch le : 24.07.2010

    mega LOL!

    Par Ran le : 04.08.2010

    Pauvre hère : tu as déjà été rétrotracé.

  • Par Evene le : 23.07.2010 repondre au commentaire

    Et si l’on ne pouvait voyager que vers le futur ? On ne saurait jamais que le voyage dans le temps fonctionne ?! Si c’est pas intéressant ça !

    Par Evene le : 23.07.2010

    Ah bah si justement. Mhh. Merci de ce débat. On ne saurait pas aujourd’hui que ça marchera un jour. Mieux.

    Par alex le : 23.07.2010

    Effectivement, si on ne peut voyager que dans le futur, on ne peut pas revenir au point de départ et personne ne peut être mis au courant que le voyage a réussi.
    Et le mec qui atterrit dans le futur en disant qu’il vient du passé, on ne le croira pas et on va le crucifier… ou un truc dans le genre.

    Par Flo le : 10.08.2010

    On voyage en ce moment même vers le futur …

  • Par Foley le : 23.07.2010 repondre au commentaire

    Je pense que l’idée de tuer le grand-père vient du livre « Le voyageur imprudent » de Barjavel où c’est précisément ce qui arrive au héros, qui finit coincé dans un paradoxe temporel, entre existence et non-existence.
    D’avance pardon à tout ceux qui liront ce commentaire, je vient de révéler la fin du livre.

  • Par greg le : 23.07.2010 repondre au commentaire

    Pourquoi j’irai m’emmerder à remonter dans le temps pour tuer mon grand-père ? Suffit de prendre le train !

  • Par Wedge le : 23.07.2010 repondre au commentaire

    Je vois pas pourquoi il y a débat ! Philip J. Fry a déjà prouvé par l’exemple qu’on pouvait très bien tuer son grand-père et survivre, pour peu qu’on couche après avec sa grand-mère !

    (Avantage : on devient ensuite immunisé aux manipulations mentales des supers cerveaux venus d’une autre dimension)

  • Par Mac Guffin le : 23.07.2010 repondre au commentaire

     » En revanche, on aimerait quand même bien savoir pourquoi l’unique idée qui vient aux voyageurs du temps est celle de tuer leur grand-père ? »
    Super conclusion, je suis entièrement d’accord !
    Merci Barjavel en tout cas, sinon je sais pas de quoi on discuterai aujourd’hui.

  • Par hoax le : 24.07.2010 repondre au commentaire

    Haha, le voyage dans le temps … vous êtes soooo ’85.
    C’est le voyage dans les rêves la hype de la semaine.

  • Par pgika le : 24.07.2010 repondre au commentaire

    Sinon il y a à la conjecture de protection chronologique. Ca clot le débat en général quand le niveau ne s’élève pas plus haut que la timeline de Lost. http://fr.wikipedia.org/wiki/Conjecture_de_protection_chronologique

    Ceci peut se résumer par « Yo dawg I heard u like time quantum travelling particles, so I put time travelling quantum particles in ur time quantum travelling particles so u can time travel while u time travel. »
    Enfin non, ça ne se résume pas comme ça, mais ça faisait longtemps que j’avais pas sorti un yo dawg quelque part.

  • Par Grillon le pédant le : 26.07.2010 repondre au commentaire

    Sur l’impossibilité d’un voyage dans le temps, SMBC a résolu efficacement le problème soulevé par Stephen Hawking (« si le voyage dans le temps est possible, pourquoi n’a t-on pas déjà vu un voyageur du futur ? ») :
    http://www.smbc-comics.com/index.php?db=comics&id=1949#comic

  • Par Douloureux le : 29.08.2010 repondre au commentaire

    Hum. Il me semble qu’on ne peut pas tuer son grand père, d’où l’idée de paradoxe. Si papi clamse par notre présence dans son monde du passé où on avait de vraies valeurs, on disparait. Soit dans l’instant, fioup, soit petit à petit, soit dans l’idée, mais on ne peut exister. Si on disparait, papi ne meurt pas. Paradoxe. Résolu par « si on va dans le passé, on est dans un monde parallèle » et donc « si on tue papi, ce n’est pas vraiment papi, c’est le papi du monde parallèle, celui qui ne nous a jamais expliqué comment planter des haricots et offert cette horrible montre à 10 ans -même pas une flic floc ». Si on tue ce papi, notre papi existe dans le parallèle qui nous a permis de voyager dans le temps.

    On ne peut pas tuer papi.

Go

LiensLiensLiens