30 ans de recherche pour gagner un dictionnaire de cuisine

Watson, l’ordinateur le plus fort du monde … au Jéopardy.

Par Dominique Willieme

Laurent Cabrol, mon poussin, l’heure est grave. Ne fait pas l’innocent, tu sais très bien de quoi je veux parler. Il n’y a même pas 15 ans que Deep Blue a battu Gary Kasparov aux échecs et non content de faire cuire ses grillades sur les cendres encore chaudes de la défaite humaine, IBM a cette fois mobilisé ses ingénieurs (et une quantité phénoménale de serveurs, processeurs et armoires électriques) dans un seul et unique but : construire un robot capable de jouer au … Jeopardy.

Oui. Non. Sans rire. Au Jeopardy.

Laurent Cabrol, mon lapin bleu, tu vas me dire que tu t’en moques. Après tout, les machines ont depuis longtemps remplacé Bertrand Renard et de mémoire de grabataire, on ne sait plus à quand remonte la dernière fois qu’on a vu Laurent Romejko ouvrir un petit Robert en public.

Oui mais voilà, « Watson », puisque c’est son nom, peut comprendre ce qu’on lui demande, en langage humain. Et aller chercher l’information tout seul, comme un grand. Et du coup, défier les plus grands champions de Jeopardy (cough) :

« Ce défi est bien plus qu’un jeu. Jeopardy demande un large spectre de connaissances allant de l’histoire à la littérature, la politique, le cinéma, la pop-culture et la science. Et de plus, les indices de Jeopardy sont parfois ironiques, détournés, ont des sens cachés ou du double sens, choses dans lesquelles les humains excellent et les ordinateurs, non (…) »

On comprend bien l’intérêt de faire des ordinateurs qui comprennent le second degré et les jeux de mots douteux plutôt que des mots clés et des opérateurs booléens. Mais Laurent, mon hamster, l’humanité ne va-t-elle pas trop loin ? A-t-on vraiment envie que l’informatique nous comprenne ? Ou pense nous comprendre ? En attendant, histoire de se rassurer, on peut toujours aller là (avec du son, pour profiter de l’intro). Ca laisse de la marge.

  • Par PankkypH le : 21.06.2010 repondre au commentaire

    Le surtitre est génial.
    Et merci pour l’info de première importance pour les fondus d’informatique, quand même !

  • Par jck le : 22.06.2010 repondre au commentaire

    encore 30 ans et l’ordinateur sera capable de rire à un LolCat

    Par Melok le : 22.06.2010

    Et 2girl1cup provoquera un BSOD

  • Par plop le : 22.06.2010 repondre au commentaire

    Dans une partie d’échecs l’objectif de l’IA est de calculer toutes les possibilités pour pouvoir gagner la partie, alors que là c’est juste un traitement de questions à base de mots clés (et encore…ca à l’air de pas mal « Failer » sur ce coup…).
    Et puis tant qu’a parler d’échecs, il faut savoir que même avec la technologie actuelle on n’arrive toujours pas à créer une IA capable de battre un joueur de niveau intermédiaire de « Go » (pour l’occasion les programmeurs utilisent des algos évolutifs permettant à l’IA d’apprendre un peu plus après chaque partie).

tout pareil

Ne mentez pas, vous avez tous regardé le clip de Lady Gaga Une culture de plus en plus à la masse

seconde pioche

Internet, un remède bien efficace à la productivité Logos, vertiges, trous et Hitler, la journée en 10 liens

C’est beau la vie en community T’as une voiture de fonction toi ? Non, j’ai juste Facebook

Faut pas rester là, madame, faut partir maintenant BienBienBien, la fin et la suite

Go

LiensLiensLiens