Ce dimanche, Hallmark va faire son beurre

Le 14 février, l’amour s’achète

Par Romain

Ce dimanche, c’est-à-dire là, tout de suite, ce sera la Saint Valentin, la journée des amoureux. Une petite fête pas très connue qui engrange la bagatelle de 14,7 milliards de dollars d’achats aux Etats-Unis. Un milliard de cartes de voeux sont envoyées ce jour, un tout petit moins que pour Noël. Alors le Telegraph s’est dit que c’était le bon moment pour nous rappeler l’origine de cette célébration si modeste.

Le journal ne s’arrête d’ailleurs pas là puisqu’il propose des tonnes d’excellentes idées de cadeaux à offrir et c’est vrai qu’on se demande qui ne craquerait pas devant ces petits choux à la crème en forme de coeur qui ont l’air si audacieusement bons ou ce caquelon croquignolesque. Et que dire de ce magnifique dauphin en plâtre ? Rien.

Mais revenons à nos moutons : l’histoire de la Saint-Valentin remonte – figurez-vous – à la Rome antique. À cette époque, du 13 au 15 février, on célébrait une quelconque divinité païenne de la fertilité (un peu comme si la Fête de l’huma rencontrait la boue du festival de Glastonbury). Au cours de ces trois jours de franches rigolades, les jeunes garçons à poil fouettaient le dos des jeunes filles avec un fouet en peau de chien ou de chèvre, histoire de stimuler je ne sais trop quelle hormone. Toujours est-il qu’on devait considérer que c’était efficace puisque la pratique a perduré plusieurs siècles.

Ensuite, il y a l’histoire de deux saints : Valentin de Terni et Valentin de Rome, deux martyrs chrétiens, l’un sous l’empereur Aurélien et condamné sur l’ordre d’un préfet romain au nom assez original de Placid Furius, l’autre sous l’empereur Claude. C’est ce second qui serait l’embryon de l’origine de la fête que l’on célèbre puisqu’il aurait (contre toute vraisemblance) fini en prison pour avoir béni les jeunes mariés alors que le mariage était interdit aux garçons afin qu’ils soient meilleurs soldats. L’un comme l’autre, bien plus tard, ont été déclarés morts le 14 février, mais là encore, de nombreux doutes subsistent.

Et si en 496 le pape Gélase Ier instaure la Saint Valentin le 14 février, c’est seulement en 1382 que la date deviendra les prémisses d’une fête célébrant l’amour grâce à Geoffrey Chaucer en rédigeant son Parliament of Fowls (Parlement des Oiseaux). Il y écrira, à propos du mariage de Richard II d’Angleterre à Anne de Bohême, les vers suivants : « For this was on St. Valentine’s Day / When every fowl cometh there to choose his mate » ce qu’on traduira mal par « C’est le jour de la Saint Valentin / Quand chaque oiseau trouve son âme sœur ». Mais – le Telegraph précise – Chaucer avait plutôt en tête le 2 mai (jour du saint dans le calendrier liturgique) que le 14 février. En 1400, toujours le 14 février, l’ex-roi Richard II est assassiné dans la Tour de Londres (la date est sujet à discussion) alors qu’en France, on ouvre le « Tribunal des affaires amoureuses » (dont je ne retrouve aucune trace dans mes quelques livres d’histoire) qui entend régler les problèmes de couples : contrats de mariage, infidélité, épouses battues…

Un peu plus tard, emprisonné en Angleterre après la bataille d’Azincourt, Charles II le chauve, duc d’Orléans, est le premier personnage connu à avoir rédigé des poèmes et des lettres d’amour à sa douce épouse contenant plusieurs allusions à la Saint Valentin (je vous encourage à écouter la magnifique version anglaise du poème à la harpe et à la flute à bec, la version française ne semble pas être disponible).

1913, c’est la date charnière entre l’origine « romantique » de la Saint-Valentin et la fête commerciale que l’on célèbre depuis, lorsque la société Hallmark produit sa première livraison de cartes de Saint Valentin. Elle fête d’ailleurs cette année son centième anniversaire et emploie 14 000 personnes à travers le monde. Grande question : va-t-elle sortir une carte pour s’auto-féliciter ?

Au cours des années quatre-vingts, l’industrie des joaillers-bijoutiers trouvant un peu fort de café que seuls les chocolatiers et les officines de papeterie ainsi que les fleuristes se goinfrent le jour de la Saint Valentin décrète le 14 février « jour idéal » pour offrir un bijou.

Malin quand même : malgré le ton légèrement cynique de son article sur la force de vente que représente la Saint Valentin aujourd’hui, le Telegraph ajoute une liste de conseils pour les briscards solitaires de cette fête de l’amour dans laquelle le journal propose habilement une inscription vers Kindred Spirits, son propre site de rencontre en ligne. Comme ça, tout le monde en profite.

  • Par Murasane le : 10.02.2010 repondre au commentaire

    D’après le Telegraph, la Saint Valentin représente non pas 14,7 millions de dollars, mais plutôt 9 milliards, et seulement aux US…
    Pour ce prix là, Cupidon peut se payer quelques missiles pour remplacer avantageusement ses bouts de bois !

    Par Romain le : 10.02.2010

    Oups j’ai effectivement mal lu/traduit « billion », je viens de corriger. Mais sinon, c’est bien 14,7 milliards de dollars (soit 9 milliards de livres sterling).

  • Par CrazyAl le : 10.02.2010 repondre au commentaire

    Agincourt = Azincourt in French ;-)

    Par Romain le : 10.02.2010

    Excuse my french.

  • Par Lady Chacha le : 10.02.2010 repondre au commentaire

    J’accuse : Ce post n’est qu’une vague traduction d’un article pioché ailleurs, reposté entre deux slaves twitter !

    Par Lady Chacha le : 10.02.2010

    c’est du travail de cochon, un point un trait

    Par Romain le : 10.02.2010

    Mais qui es-tu pour me vouloir autant de mal et me suivre à travers internet ?

    Par Romain le : 10.02.2010

    De plus, tu mens, car l’article du Telegraph ne donne pas à entendre le poème de Charles II. Et ne dit rien sur la société Hallmark. Na.

  • Par Roul le : 10.02.2010 repondre au commentaire

    Jte soutiens Romain, c’est du bon travail. Avec pleins de références, de liens, et une traduction qui fait bien plaisir aux pauvres franchouillards que nous sommes. Et ce malgré les quelques erreurs.
    Merci.

  • Par lilith le : 10.02.2010 repondre au commentaire

    Merci pour toutes ces infos ;)

  • Par Denisdenis le : 10.02.2010 repondre au commentaire

    Dis donc chacha, rentre directos dans ta tanière.
    Moi j’aime bien cet article, romain !

  • Par Ludo le : 13.02.2010 repondre au commentaire

    Et sur ces milliards de Dollars, combien dépensés en sextoys, le cadeau à la mode, même vendu sur le téléshopping M6 boutique !!

tout pareil

Jérémy, tu recraches ce pasteur tout de suite Les sous-sols honteux de YouTube #46 : Miam les enfants, é vou

Go

LiensLiensLiens