Et là, vous allez me dire, il reste un cratère

Les sous-sols honteux de YouTube #44 : Console téléphone maison

Par Dominique Willieme

Ne dites pas le contraire, vous êtes les premiers à le faire. Râler pour un pixel de travers, pour une bande son mal choisie ou encore quand le jeu du jeudi vous fait perdre un dixième à l’oeil gauche et que vous abandonnez toute vie sociale pour faire passer ce gros pixel mauve à gauche de l’écran alors qu’il n’y a manifestement pas la place. Hein ?

Vous oubliez trop facilement combien la vie est belle pour vous. Bandes d’ingrats. Parce que voilà, imaginons un instant que nous soyons à Noël. Et en 1982. Et qu’aux fesses de votre Radiola familiale soit attachée une Atari 2600.

Il n’aurait alors pas été improbable que vos parents, pourtant très aimant et mus des meilleures intentions au monde, vous offrent E.T., le jeu du film qui a fait se masturber des générations d’extraterrestrophiles.

Et vous, bouleversé d’avoir trouvé un hobby pour passer les longues soirées d’un hiver trop rude et néanmoins hivernal en compagnie de la sus-mentionnée Radiola, auriez délicament inséré la cartouche dans son orifice sans savoir que vous vous prépariez à pousser le premier WTF de votre existence. Parce que voilà ce que vous auriez vu (pour peu que vous ayez eu une Radiola couleur, ce qui n’était pas chose courante à vous cognac-jay)

Vous auriez été en présence de celui qui est universellement reconnu comme le plus mauvais jeu vidéo de tous les temps (a tel point que dans un rite d’exorcisme d’une franche fantaisie, Atari aurait fait enterrer vivantes plus de 5 millions de cartouches dans le désert du Nouveau Mexique)

Même Steven (tu permets que je t’appelle Spielberg ?) a l’air aussi motivé pour parler du jeu que de l’enterrement de George Lucas, son hamster de quand il avait 12 ans.

Alors voilà, le prochain qui se plaint du jeu du jeudi, on l’attache sur une chaise devant l’intégrale YouTube des gens qui parlent du jeu E.T. (dont celui qui veut le faire cuire dans son micro-ondes et le gars mal coiffé auquel les parents n’auraient vraiment pas du offrir un camescope).

Précédemment dans les Sous-sol honteux de YouTube : Spank my Turkey, Un Britney-mayo pour la 14, Une de perdue dix à baiser, L’amour Bontempi, Moustache Power, Bon appétit, Belle en maillot, Funk Power à Vierzon, Secouez vos Bub Bubs, Musique intérieure, Zanger Bob, Légumes sous perfusion, Beau comme un footballeur, Le village People perdu, Donne le goût de danser, Lâchez cette disquette, Rencontre du 3e âge, Maquillé comme une pub, Drâme de séminaire, Mon beau cafard, Joyeux Meowel, La leçon de vie de Mister T, Vieillir en surfant, Rajeunir par l’absurde, Pub fais-moi peur, What the Hoff, Très très très final, Oh la belle sardine, Comprenons le nippon, Jogging facial, Sabrina en culotte courte, Jan Terri, Krik se bastonne, Spécial JO, Spécial independance dayFaire du pain en dansant, Spock et les hobbits, REM en pyjama, Apache (Tommy Seebach), New Wave Country (Tex Harper), I Need a Hero (Tandi Iman Dupree), Moskau (Dschinghis Khan) et Mervi Mesala

Pas de mots cles pour ce post.

  • Par Ogmios-thor le : 16.09.2009 repondre au commentaire

    « Oui il reste un cratere. Mais je te rappelle que dans le monde des enfants meurent de faim, victimes de la vermine communiste. Et toi, petit occidental embourgeoisé tu me casses les couilles pour qques malheureux points noirs? »

    C’était la minute les nuls du jour. Sur ce je me rematte l’intégrule, merci bienbienbien.

  • Par Da Scritch le : 16.09.2009 repondre au commentaire

    Enfin, en même temps, le gars avait fait des jeux formidables, a été demandé par le réalisateur. Mais ses jeux formidables, il les a fait en 4 mois, et là, il avait moins de deux semaines pour TOUT faire. Du code en assembleur sur papier, l’encodage en binaire des images toujours au papier, graver sur EPROM etc…

    Il a juste péché par optimisme : il voulait pas en faire un n-ième clone de PacMan.

    Après, les commerciaux de Time-Warner-Atari (AOL arrivera après) on juste été assez idiot pour produire deux fois plus de cartouches que de consoles existantes à l’époque.

    C’est juste la n-ième preuve qu’un créatif-développeur n’est pas qu’un “bouffe marge” comme nous traitait nos directeurs commerciaux, mais le mec qui, s’il a le temps, est capable de faire en sorte que ton produit se vende.

    Par wolf le : 16.09.2009

    Selon l’article Wikipedia, le coup du « plus de cartouches que de consoles », c’est juste une légende.

  • Par Louis le : 20.09.2009 repondre au commentaire

    Ah ces vidéos qui vous rappellent l’odeur du formica et de l’amiante, avec le goût du porridge de flocons d’avoine Quakers que t’en as même encore un peu sur le menton tellement t’étais pressé d’aller jouer sur ta console…

    Et Freddy Mercury était encore vivant et t’en avais rien à foutre.

Go

LiensLiensLiens