Occupons-nous pendant que les autres sont en vacances

Le Roi du Kong

Par Romain

Vous le savez, ce sont les vacances un peu partout et d’ailleurs plusieurs membres de BBB ont passé le week-end à la Route du Rock, les veinards. Mais Internet ne s’arrête pas encore le mois d’août et avouons que c’est par moment bien dommage. Alors pour passer le temps des braves gens qui font marcher l’économie de notre pays pendant que d’autres bronzent les doigts de pieds en éventail au bord d’une piscine outrageusement chaude (et surtout pour ceux qui s’emmerdent un peu au boulot), parlons d’un film de geek, en fait un documentaire passionnant (et pas nouveau, hein, il date de 2006) qui est probablement la référence ultime du film de jeu vidéo : The King of Kong (A Fistful of Quarters) que l’on traduira par Le Roi du Kong (pour une poignée de 25 cents).

Il s’appelle Steve Wiebe, il est prof dans une école après avoir été viré de Boeing. C’est l’éternel second qui avait tout pour réussir et a foiré systématiquement à la dernière marche. Parce qu’il a beaucoup plus de temps qu’il ne lui en faut, il se lance un nouveau défi : battre le meilleur score au jeu d’arcade Donkey Kong.

kong3

Ce record, c’est Billy Mitchell (ci-dessus) qui le détient. Champion du monde depuis 1982. À l’époque, alors que les jeux vidéo connaissent un bond exceptionnel avec les salles d’arcade, il est la star incontestée du haut de sa vingtaine d’années. Il a aidé au lancement de Twin Galaxies, organisme qui s’occupe de réglementer et de valider tous les scores des jeux vidéo à travers la planète ou presque. Billy, qui soumet ses propres records, est l’un des arbitres de cette association chapeautée par Walter Day, autre énergumène de ce microcosme des « hardcore gamers old school ». Billy est présenté comme le « joueur du siècle » et possède aujourd’hui une entreprise de condiments qui fabrique sa propre sauce pimentée.

En 2004, donc, Wiebe bat le score de Mitchell (874 300 points) avec 1 006 600 points. Il envoie la cassette à Twin Galaxies qui invalide son record parce que la machine aurait été « trafiquée ». Mais on l’encourage à venir participer à un tournoi en live pour prouver qu’il ne pipote pas et atteindre le « kill screen » de Donkey Kong. Un kill screen, apprend-t-on, c’est le moment où le jeu plante. Il arrive systématiquement au même endroit et est provoqué sur les jeux d’arcades de l’époque par la mémoire qui sature.

wiebe

Si le film n’était qu’une bataille entre un outsider et un champion, on s’ennuierait assez vite, en réalité, mais ce qui fait tout le sel de ce King of Kong, ce sont tous les personnages secondaires et la mauvaise foi incroyable de Billy Mitchell (qui n’est clairement pas celui que les réalisateurs soutiennent).

Par exemple, alors que Mitchell explique pendant la première partie du film que « rien ne vaut un score en live, c’est là qu’on voit les vrais champions », il finit par envoyer une cassette douteuse d’un nouveau record lorsqu’il perd son titre de champion du monde de Donkey Kong et refuse d’affronter Steve Wiebe en face à face. Pire encore, Steve Wiebe n’a pas le droit de visionner cette vidéo « sous peine d’apprendre de nouvelles techniques de jeu ». Il est aussi champion des phrases comme : « quoi que je dise, ça prête à la controverse, c’est comme le débat sur l’avortement ».

Outre Wiebe et Mitchell, le film recèle de personnages géniaux : Robert Mruczek qui vérifie tous les scores en regardant jour après jour des heures de vidéos de gens en train de jouer ou Roy Shildt qui veut faire tomber Mitchell et qui s’autoproduit dans des vidéos intitulées Mr. Awesome’s Guide to Girls (lui-même étant Mr Awesome, bien sûr).

La bande annonce :

Et si vous n’avez rien à foutre au bureau, le film est intégralement visible sur YouTube en neuf parties. (edit : argh, FAIL de ma part, j’ai pas vérifié tous les clips et la neuvième partie n’a pas de son). (edit 2 : la neuvième partie avec le son est disponible ici).

PS : l’histoire ne s’est pas arrêtée après le film et en juin dernier, Steve Wiebe a atteint pour la troisième fois (en public et sous les caméras de la chaîne G4TV) le kill screen de Donkey Kong sans battre toutefois Billy Mitchel, toujours premier avec 1 050 200 points.

Pas de mots cles pour ce post.

  • Par yenda le : 17.08.2009 repondre au commentaire

    Quel pourri ce Billy ! Brulons-le que le gentil chevelu puisse enfin avoir la place de premier qu’il mérite ! :p

    Par Lion le : 18.08.2009

    Oh puniase j’ai perdu 1h de ma vie mais c’était bon, quelel maxi fiotte ce Mullet Guy et comment ça pue l’entourloupe avec ses petits chiens chiens qui l’appellent toutes les 2 min et le vénèrent façon gourou.

    Happy end que ce soit le gentil qui gagne :)

    Par yenda le : 18.08.2009

    en fait je me suis trompé le méchant c’est le mulet, faudrait inverser l’ordre des photos dans la mesure où vous parlez d’abord de Steve Wiebe.

    Par Romain le : 18.08.2009

    Bah j’ai écrit « Billy Mitchell (ci-dessus) »… Ça me paraissait clair !

  • Par Kinderpat le : 17.08.2009 repondre au commentaire

    Visible sur Youtube, mais attention la 9eme et derniere vidéo n’a pas le son suite à une plaine de la Warner, c’est dommage.
    Mais le docu est vraiment passionant.

  • Par Romain le : 18.08.2009 repondre au commentaire

    Parce que la neuvième partie n’avait pas de son sur YouTube, elle est aussi ici pour ceux qui veulent *vraiment* voir la fin du film.

    Par Kinderpat le : 18.08.2009

    Merci, je vais enfin pouvoir visionner la fin.

    Par Rod le : 18.08.2009

    Et là c’est bonus : l’itv du grand gourou qui se déguise en arbitre, et sa pratique de la « méditation transcendantale », tout en souplesse. http://www.vbs.tv/watch/motherboard/twin-galaxies-and-the-golden-domes

  • Par Sébastien le : 18.08.2009 repondre au commentaire

    Il a pas un faux air de Tom Cruise époque « Legend » le Billy Mitchell ?

    Par stoz le : 18.08.2009

    Perso, il me fait penser à Tom Cruise, mais dans Magnolia :-)

    Par Franck C. le : 19.08.2009

    +1 avec Stoz, plutôt Tom Cruise dans Magnolia.

  • Par Alan Sparrow le : 18.08.2009 repondre au commentaire

    Le mot no-life prend un nouvel éclat… non mais LOL !!!!

  • Par zorro le : 18.08.2009 repondre au commentaire

    hahaha les espions en carton qui vont inspecter la borne d’arcade de Steve !

    Merci d’avoir fait connaître ce film !

  • Par Parrain Jules le : 21.08.2009 repondre au commentaire

    Un peu d’humilité ne lui ferait pas de mal à ce BM…

  • Par Antoine le : 24.08.2009 repondre au commentaire

    Billy Mitchell est le Chuck Norris des jeux videos.

Go

LiensLiensLiens