Et au moins, eux, ils n'envoient pas de recommandés avec accusé de réception, eux.

Mon banquier est un rat. Un gros rat. Non, vraiment.

Par Dominique Willieme

Sale temps pour les traders. D’abord, ils étaient tout dépités. Surtout les jolies filles. Et puis on s’est moqué d’eux. Ils l’avaient bien mérité. Et puis, même leur copines ont créé des collectifs pour se moquer.

Maintenant, grâce à un artiste Autrichien, on découvre qu’on peut assez facilement les remplacer par des rats et que le résultat n’est pas vraiment mauvais. Dans Rattraders, Michael Marcovici apprend à des rats de laboratoire (délicieusement appelés Mr Morgan, Ms Kleinworth ou encore Mr Lehmann) a réagir aux fluctuations du marché. Et a tenter d’anticiper les mouvements des indices boursiers, comme le font les bons traders.

rattrader_full_1

« Chaque jour, les rats étaient confrontés à une centaine de cours de bourse différents, l’objectif étant de leur faire enregistrer des séquences sonores que les humains ne peuvent pas distinguer, et d’anticiper les mouvements du marché d’après ce qu’ils avaient entendu (…). Après chaque écoute, le rat devait choisir entre un bouton vert et un bouton rouge. Un bouton vert pour « long » (si les prix allaient monter), un bouton rouge pour court (si les prix allaient descendre). Quand le rat donnait une bonne réponse, il était récompensé avec de la nourriture (les bons rats sont devenus gros très vite), mais quand ils donnaient la mauvaise réponse,ils étaient puni d’un petit choc électrique »

Et les résultats surprennent. Avec 56,8 % de bonnes réponses, Mr Kleinworth Morgan Jr arrive à des scores impressionnants :

« Les performances des 4 meilleurs rats se sont révélées être comparables à celles des meilleurs gestionnaires de fond au monde »

rattrader_full_2
Certes, ces tests ne sont pas nouveaux, ça fait longtemps qu’on sait que les singes sont souvent aussi bons que les traders pour gagner de l’argent en bourse. Mais l’expérience des rats est charmante. D’autant qu’ils ont quelque chose d’humain en plus. La preuve : ceux qui gagnent le plus d’argent « sont devenus gros très vite« . Comme les humains, on vous dit.

Pas de mots cles pour ce post.

  • Par PankkypH le : 14.05.2009 repondre au commentaire

    Excellent ! :)

  • Par :B le : 14.05.2009 repondre au commentaire

    Les tapettes reprendront le pouvoir sur les marchés financiers !

  • Par Louis le : 14.05.2009 repondre au commentaire

    N’empêche, j’aurais quand même préféré apprendre que la crise est dûe à une bande de rats qu’on a oubliés dans un coin, plutôt que des gens à qui d’autres gens ont confié des responsabilités.

    Ca aurait plus l’air d’une boulette que d’un crime organisé!

  • Par DrMorisset le : 14.05.2009 repondre au commentaire

    On dira ce qu’on voudra, les rats ne chanteront jamais aussi bien que les banquiers du crédit agricole…

  • Par Sunrise le : 15.05.2009 repondre au commentaire

    Super article! Merci pour ces bons liens!

  • Par Charles le : 15.05.2009 repondre au commentaire

    C’est marrant. Mais a part ça, j’ai l’impression que ça n’a aucune valeur scientifique (c’est purement dû au hasard et en moyenne, on tombe vers 50%, merci la LFGN), et je dis pas ça parce que je vais bosser en finance de marché.

    Par toitoine le : 15.05.2009

    C’est exactement à quoi je pensais. Mais comme j’ai jamais été très bon en stats.

    Enfin faut pas oublier que le mec qui a pondu ça est un Artiste, avec un grand A s’il vous plait.

    Par S le : 15.05.2009

    Ca veut surtout dire que les traders sont nul comme des rats et que leur boulot consiste bien a tire au hasard. Remplacons les par des rats ca 3 avantages 1: il ne se barreront pas avec la caisse 2 plus de delit d initie et 3 au moins qd on il feront n importe quoi on pourra les clouer a une porte sans aller en prison (au moins ca soulage )

    Par Charles le : 15.05.2009

    Je trouve ça quand meme dommage que personne ne sache à quoi sert un trader à la base (ce n’est pas forcément faire des bons résultats au hasard, mais plutot couvrir des positions).

    Par Louis le : 15.05.2009

    Charles, mon amour, tu veux être trader, c’est bien.

    Mais essaie d’être critique, s’il te plait.

    Tout le monde sait qu’un trader, ça sert à courir dans une roue pour occuper les scientifiques!

    Peu importe ce que le trader fait! On se doute bien qu’un employé n’est pas payé à enfiler des perles : il faut être riche actionnaire pour faire ça!
    Mais ce que tout le monde sait, c’est que le trader est l’agent indispensable du système capitaliste néolibéral qui a conduit le monde à la famine par l’inégalité, à la pollution par surconsommation, et à la faillite de quelques états.
    Le fameux employé qui ne fait que son travail. D’autres donnaient de la pelle à Phnom Penh, pilotaient l’Amoco-Cadiz, ou planifiaient une délocalisation de nuit. Je ne condamne pas, mais je ne pardonne pas.

    Alors maintenant, avant de rentrer dans le joyeux monde de la finance, tu as encore le choix de faire demi-tour, de rentrer dedans et de tout secouer, ou de collaborer sciemment.

    Choisis ton camp, raton!

    Par Ubermensch le : 15.05.2009

    Un excellent gestionnaire de fonds fait 2% de plus que le marché. Autrement dit, il se plante souvent aussi :)

    Ce qui pourrait être intéressant, c’est de pouvoir évaluer les gains et pertes de leurs aller/retour. Parce que tu peux parfaitement avoir raison et gagner 100 €, comme tu peux être la veille d’une gros mouvement et gagner 20 000 €….

    Par Charles le : 16.05.2009

    Mon petit Louis, si on reprend ton raisonnement, on devrait tous travailler dans une ONG en Afrique pour lutter contre la famine, la pollution et les inégalités dans le monde. Et encore, c’est pas sur qu’on soit pas les instruments d’une politique encore plus inégalitaire (je te renvoie à un très bon article sur slate.com préconisant la réduction de l’aide aux pays d’Afrique pour lui permettre de progresser par eux-mêmes).
    Alors, même si je ne deviendrai jamais trader (car la finance ça n’est bien heureusement pas que ça), je décide quand même de prendre la pilule bleue et enlever quelques pierres à l’édifice.

    Par Louis le : 17.05.2009

    Oui oui oui, la diminution des aides publiques pour favoriser la croissance, on nous l’a déjà joué depuis… au moins la Commune. Merci slate.

    Mais quelque part sur le fond, c’est vrai. J’abhorre ces ONG en Afrique. C’est un peu comme si on mettait des grands coups de hache à un type, et qu’on lui filait un pansement ensuite. Pour se donner bonne conscience.

    Je ne suis pas pour l’aide aux Africains, ça a des relents d’infantilisation et de colonialisme. Ils auraient peut-être besoin d’aide si on commençait à les traiter comme égaux. Mais pour l’instant, ce n’est pas de l’aide, c’est de l’entretien de notre structure. On a quand même besoin qu’il reste quelques petits nègres pour aller chercher notre uranium à mains nues, et pour pas trop qu’il se révoltent, on fait semblant de les aider.

    Pour en revenir au sujet : je crois qu’on sera d’accord pour dire que la finance est un outil, au service de l’accélération de la croissance. Elle ne produit aucune richesse, mais elle peut l’induire.
    La question est toujours de la répartition de ces richesses. Et dans ce domaine, déréguler et privatiser toujours plus n’a jamais donné de résultat probant.
    Par contre, il y aurait des moyens très simples pour remettre un peu d’ordre : réinstaurer un contrôle national (les agents de change, † 1989), voire populaire, imposer enfin la taxe Tobin, la taxe carbone …

    Oh, sans doute on perdrait un peu de vigueur dans la croissance, sans doute on ne se jèterait pas tête baissée dans toutes les bulles venues. Et ça ne me pose aucun problème, j’ai toujours préféré la tortue au lièvre.

    Bref, je n’ai rien a priori contre la finance. Mais je préfère ne pas avoir Homer Simpson aux commandes.

    Et en attendant des jours meilleurs et des grands soirs, ne te déplaise, je garde toute ma circonspection à l’égard des traders.

    Par Charles le : 17.05.2009

    En fait je crois qu’on est du même avis. Le problème des traders n’est pas tellement leur existence, c’est surtout leur manière d’être rémunéré.
    Bien évidemment, c’est absurde de faire gagner plus d’argent à un intermédiaire que ce qu’il est capable de produire. Et c’est malheureusement ce qu’il se passe, puisque ce sont les bonus de 2006 qui manquent dans les caisses en 2009.
    En gros je pense que ce n’est pas tellement le modèle qui est à blâmer, c’est surtout la mauvaise gestion de la part des banques. Le trader a bon dos, mais c’est au manager que revient la faute (là-dessus ta comparaison avec les dictatures s’appliquerait encore, mais je ne l’approuve pas).

  • Par Dwalin le : 15.05.2009 repondre au commentaire

    La comparaison est biaisée, peut-être qu’en infligeant des chocs électriques aux traders humains ils sont plus efficaces …
    :D

    Par Louis le : 15.05.2009

    Tiens, d’ailleurs je me suis mis hier dans « des fleurs pour algernon », j’avais pas encore fait le rapprochement…

  • Par jacq le : 15.05.2009 repondre au commentaire

    Je monte de ce pas une société a base de singes/rats, plus quelques dresseur. Moi aussi je veux pouvoir faire sombrer le monde dans le chaos.

    Envoyez vos investissement à Madoff Funds Circus.

    Vite.

  • Par wellrespectedman le : 15.05.2009 repondre au commentaire

    ça marcherait pas sur les traders. ou alors il faudrait remplacer les morceaux de fromage par du dom pérignon. en plus de devenir très gros ils deviendraient trés saouls.

  • […] (là c’est un festival, que du bon) Mon banquier est un rat. Un gros rat. Non, vraiment. L’alcool, c’est moche, surtout chez les autres Vaut-il mieux se reconvertir dans le porno ou en […]

Go

LiensLiensLiens