Si vous vivez dans la luxure, tournez à gauche

C’est un peu comme le Mappy du mal chrétien

Par Dominique Willieme

Le problème des religions, c’est que par définition, elles sont un brin allergiques aux formules mathématiques et autres compositions chimiques. Par exemple, il aura fallu attendre 1996 pour connaître le génome du Saccharomyces cerevisiae (13 millions de paires de bases, pour ceux que ça fascine) alors que 2000 ans plus tôt, Jésus montrait déjà ses talents de boulanger en ignorant superbement tout du code génétique de la levure.

Dieu merci (cough), des étudiants en géographie de l’université du Kansas ont décidé de remédier à cette regrettable ignorance. A partir du nombre de vols, de crimes violents, de maladies sexuellement transmissibles, de fast food et autres, ils ont créé la carte des états-unis des 7 péchés capitaux.

sins__full
(carte de la colère (Wrath) basée sur le nombre de crimes violents recensés par le FBI par habitant)

sins_2_full

(carte de l’avarice (Greed) basée sur le revenu moyen par rapport au nombre d’habitants sous le seuil de pauvreté)

Bien entendu, Californie, Floride et New York tiennent une place de choix dans les clients potentiels de l’enfer talonnés de près par Las Vegas qui en connaît quelque chose en activités diaboliques (alors que dans le reste du Nevada, on s’emmerde sec).

Reste à comprendre, avec ces magnifiques chiffres et statistiques empilés sur des cartes, ce qu’attend Benoît (tu permets que je t’appelle Benoît ?) pour intervenir. A moins que les péchés, ce soit comme la levure : pas besoin de chiffres, on savait déjà comment ça marchait …

Pas de mots cles pour ce post.

  • Par Babymelaw le : 12.05.2009 repondre au commentaire

    Le sud est des US comme nouveau spot de tourisme sexuel en 2010. Y’a plus qu’à trouver un slogan.

  • Par Louis le : 12.05.2009 repondre au commentaire

    Une magnifique conclusion à cet article!

    N’empêche, je ne peux m’empêcher de bondir en lisant leur définition de la paresse « calculée par le rapport des dépenses culturelles et de loisirs au taux d’emploi ».

    C’est bien connu, les chômeurs sont des feignants, et ils n’ont même pas le droit de se divertir pour oublier leur condition.

    Je dois vomir maintenant.

Go

LiensLiensLiens