Si Alain Gillo Petré n'était pas mort, il présenterait la bourse

Cramer vs. Stewart : moment de bonheur financier et épilogue

Par Dominique Willieme

Bon, allez hop, petit plaisir coupable du Lundi, histoire de passer une bonne semaine, que nous devons au toujours excellent Jon Stewart : aujourd’hui, moquons nous des gens qui sont très forts en finance et qui ont plongé la totalité du monde occidental dans sa crise la plus grave depuis la retraite de Céline Dion.

Parce que Jon Stewart a décidé de s’en prendre à la chaîne de télévision CNBC, l’organe spécialisé dans la finance de NBC. Et de montrer toutes ses incohérences, et a quel point la chaîne a participé elle même à la logique de la débâcle financière américaine. Et en particulier d’un gars, Jim Cramer, qui a pour particularité d’avoir beaucoup de mal à s’exprimer sans hurler.

Jim Cramer a été un brin vexé par les moqueries de Jon Stewart et s’est largement servi de son temps d’antenne sur CNBC pour se défendre des accusations dont il faisait l’objet. Ralliant à sa cause tous les gens qui sont forts en finance pour se moquer du gars de l’autre chaîne qui est fort en comédie mais super nul en Wall Street.

Le ping-pong médiatique a duré quelques jours, chacun répondant aux accusations de l’autre via la presse, la télévision, le web ou, pour Jon Stewart, par son émission.

http://www.youtube.com/watch?v=Vi6bxKAAHzQ

Et ce qui devait arriver arriva Jeudi dernier : Invité par Jon Stewart, Jim Cramer a eu le courage de se rendre au DailyShow. La vidéo n’est pas sur YouTube mais sur le site du Dailyshow, elle dure 21 minutes en anglais et demande quelques notions en finance, mais l’effort vaut le coup tellement ça détend.

Et vous pourrez toujours la transférer à votre banquier s’il vous refuse ce prêt de 14 euros pour remplacer le papier peint de la salle de bains.

  • Par toitoine le : 16.03.2009 repondre au commentaire

    Mais c’est le pote de Ricko (le trader nul en histoire)!!
    Bear Stearn is fine… Bear Stearn is not in trouble

    La première video est énorme
    « He has no idea how bad it’s out there, HE HAS NO IDEA »
    Jimy, Relieve the pressure, au moins pour la présentatrice qui est avec toi

  • Par Jha Khosla le : 17.03.2009 repondre au commentaire

    Take a look at Jim Cramer’s MSFT recommendations over a 2 year period. You can see that he flip-flopped quit a bit and likely lost viewers money.

    http://www.stocktagger.com/2007/07/jim-cramer-microsoft-corporation-msft.html

  • Par Angele le : 17.03.2009 repondre au commentaire

    Il nous manque vraiment quelqu’un comme Jon Stewart ici, à mi-chemin entre journaliste rigoureux et comique de stand-up.
    (et qu’on ne me parle pas de Karl Zéro, parce que rien à voir du tout).

  • Par Barberousse le : 17.03.2009 repondre au commentaire

    excellent document. Il faut dire que prise de conscience chez les américains est brutale.

  • Par amaury esbientesc le : 27.03.2009 repondre au commentaire

    that was a f****** good moment ! je suis un grand fan de Stewart et j’avais 3 semaines de retard. plus que Cramer, ce sont vraiment les Scarborough, Santelli et compagnie qui ont joué les petits roquets sur d’autres chaînes pour faire corps avec le network qui sont imbuvables. Cramer au moins a eu le courage d’affronter son nemesis.
    pas la peine de chercher, un truc pareil, ça n’existe pas en France car les américains ont une culture financière un brin plus développée ou au moins plus répandue. Bloomberg TV France est une pâle copie des CNBC et consorts : là-bas, Maria Bartiromo est une icône et les shows ont une audience et, à tort ou à raison, une crédibilité autre que Jean-Pierre Gaillard.

tout pareil

Si on récompense les films pourris, tout le monde il va gagner Césars salades, Césars salaces

règle n°1 : tout banquier accepte les dessous de table Cette semaine dans le Caddie : une lampe 2-en-1, du pop-corn propre, une sacoche-oreiller

Go

LiensLiensLiens