Ils ont discuté de la loi "Création et Internet" et ça vaut bien un Top 5

Le débat, un (hado)pis-aller

Par David Carzon

Mercredi dernier, les députés du groupe UMP à l’Assemblée qui vont avoir la lourde charge de voter la riposte graduée, avaient convié différents acteurs de la filière musique et cinéma pour discuter de la loi Création et Internet. BBB y était et a pris des notes.

drm

Il y avait des producteurs, des artistes (enfin deux, Burgalat et Dutronc fils), des représentants d’ayant-droits des députés, des patrons d’entreprises de la nouvelle économie (qui n’ont pas eu droit à la parole)… Le but était surtout de convaincre les députés de la majorité de ne pas faire les mêmes conneries qu’en 2005, quand certains avaient commencé de voter le principe de la licence globale. Avant de rentrer dans le vif du sujet avec des aspects les plus sérieux de la loi durant la semaine, je vous propose en mise en bouche les cinq plus belles conneries (ou pas) prononcées durant cette réunion. Conneries toutefois révélatrices d’un certain état d’esprit dans lequel ce texte est abordé. Ce qui peut être le signe d’une discussion « originale » à l’Assemblée.

5/ « Donnons sa chance au produit »

C’est LA référence utilisée par Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale pour lancer les débats. En utilisant cette réplique directement sortie du film « La Vérité Si Je Mens 2″ et si représentative de l’exception culturelle française, Copé voulait expliquer qu’il fallait mettre fin aux pratiques de téléchargement illégal pour permettre le développement commercial des offres légales. C’est le grand discours du moment, d’expliquer partout que le marché est mûr pour exploser. Il l’était déjà : la preuve avec Itunes. La seule chose, c’est qu’Itunes est l’exception de celui qui a réussi à adapter son modèle au marché. Les autres ont quand même largement attendu le marché s’adapte à eux. La différence est là : aujourd’hui, ils sont prêts à évoluer.

4/ « Les artistes avec nous »

Durant cette réunion, plusieurs députés se sont levés pour demander aux artistes de monter au créneau avec eux pour défendre cette loi. Leur réflexion -en substance- est la suivante : « On se fait insulter pour défendre ce texte qualifié de liberticide et vous, il y a quatre jours, aux Victoires de la musique, vous n’avez pas dit un mot à part des mercis à votre public. C’est nous, politiques de l’UMP que vous devriez remercier. Venez au front avec vous, nous avons besoin de vous. » Un argument réfuté même du côté des patrons de majors. « On sait que ça ne sert à rien, ce truc-là n’a jamais fonctionné. Les politiques disent ça parce qu’ils ont envie de s’afficher avec des artistes, mais généralement ça produit l’effet inverse. » Et cet autre responsable d’expliquer que les artistes ont déjà signé une pétition pour défendre cette loi et qu’on ne peut pas leur demander plus. On ne peut pas reprocher à des artistes de vouloir défendre ce qu’ils considèrent être leurs droits, mais leur demander d’organiser les battues de ceux qui achètent leurs disques auraient quelque chose de schizophrène.

3/ « On a enlevé les verrous »

Justement, les mesures techniques de protection, revenons-y quelques instants. Mercredi, il a été dit à tout bout de champ que les maisons de disques avaient fait un geste en enlevant les mesures techniques de protection, ce qui rend désormais les fichiers interopérables entre les différents logiciels et baladeurs.
Mais souvenez-vous. En 2005, les DRM dont les mesures techniques de protection avaient été présentés comme la condition essentielle du développement de l’offre commerciale puisque permettant le streaming et les abonnements d’un côté, et la protection de droits d’auteurs de l’autre. Et aujourd’hui, on vient nous dire que si on les enlève, c’est pour nous faire plaisir. N’oubliez pas de dire merci.

2/ « Il faut entretenir une frustration d’attente chez les spectateurs »

Cette petite phrase est de Bertrand Méheut, le patron de Canal + à propos du bouleversement de la chronologie des médias (à savoir le temps à partir duquel un film peut sortir en DVD et à la télé après son exploitation en salles). Les auteurs du texte de loi veulent qu’un film sorte entre trois et six mois après sa sortie en salles pour raccourcir ce délai. Les distributeurs de films et ceux qui financent le cinéma ne veulent pas, trop court pour eux. Et Bertrand Méheut de nous expliquer que plus on attend un film en DVD, plus on est sûr de l’acheter. Marrant j’aurais parié l’inverse.

Et Soren de relever justement l’analogie avec les propos de Luc Besson sur l’utilisation d’un langage propre aux drogués concernant le cinéma. Troublant.

1/ « Il y a une demande du public de réguler Internet »

On avait commencé par Copé, on finit par Copé et la boucle est bouclée. C’est marrant, moi, je traduirais instinctivement par : « il y a une demande du public qui n’utilise pas internet et à qui on bourre le mou de Internet ».

  • Par SdC le : 09.03.2009 repondre au commentaire

    Pas facile la loi du marché quand la demande tape dans l’offre!!

  • Par kjh le : 09.03.2009 repondre au commentaire

    Et, ca vous dirais pas d’etre de vrais blogueur rebelle et de changer le fond du blog du blanc au noir (black out anti adopi).
    Bon en meme temps , c’est vrais que c’est a la mode chez tout les sites qui parlent d’internet/informatique de s’opposer bruyament a adopi (pcinpact.com).

  • Par Camille le : 09.03.2009 repondre au commentaire

    Wow, les deux dernières remarques sont vraiment…charmantes. Ils en ont strictement rien à foutre de l’artiste ou du « consommateur », tout ce qui compte pour eux, c’est de récupérer du fric. De vrais dealers en somme.

  • Par DDR2 le : 09.03.2009 repondre au commentaire

    Récupérer du fric … ou se montrer intrétable sur un sujet ? Je dois dire que l’apparition comme de par hasard de cette loi en pleine fausse-vraie-crise me parait un tantinet douteuse, enfin je suis pas homme politique alors mon avis qu’est ce qu’on s’en tamponne royalement !

    Si vous rajoutez à cela que j’ai déjà téléchargé (légalement bien entendu :) ) alors là je deviens le diable qu’il faut exterminer à gros coup de sabots et de faux-spots publicitaires pour le gouvernement au journal de 20H … du coup je regarde plus belle la vie maintenant … nan mais on aura tout vu !!

  • Par berli, qui passe l'air de rien le : 09.03.2009 repondre au commentaire

    Laisser sa chance au produit en régulant internet où des sauvages qui mangent des enfants côtoient de charmantes hôtesses ?
    Il a pa un blog, Copé ?
    Ha, zut, u-blog ne répond plus. Et un site de campagne ?
    http://www.cope2004.org/
    Ah, zut, racheté par… Par quoi, au juste ?

  • Par Louis le : 09.03.2009 repondre au commentaire

    Copé, Copé, Copé…
    Y a bien que Fred et lui pour se payer une telle déclaration…

    “Il y a une demande du public de réguler Internet”

    Quel public, quelle demande, quelle régulation?
    L’utilisation des arguments de mauvaise foi n’augure certainement pas un débat intéressant, mais plutôt du genre bouclé.

    Par Louis le : 09.03.2009

    Ah ben tiens Soren dit comme moi, mais en mieux.
    Merci David, je ne connaissais pas ce blog, maintenant je n’aime que lui!

    Par david carzon le : 09.03.2009

    louis, si tu nous trompes, on te quitte

    Par Louis le : 09.03.2009

    Tu sais bien que je ne peux pas! Comment je ferais ensuite si je veux envoyer des mots d’amour à fred?

    Par p_ping le : 10.03.2009

    Le coup « des 5 gus dans un garage qui font des mails à la chaine » montre bien le respect d’Albanel envers tout détracteur…

  • Par JaunMakenro le : 10.03.2009 repondre au commentaire

    Bravo pour l’article dans 20 minutes Mister Carzon !
    Entre ca et la prise de position de Jacque Attali on a peut-etre une chance que le débat soit porté de facon correcte par les « médias traditionnels » !

  • Par Louis le : 10.03.2009 repondre au commentaire

    Et allez, une interview de Pierre Kosciuzko-Morizet, qui prône la licence globale, bien qu’il ne soit pas le premier des anticapitalistes à cheveux longs.
    http://www.france-info.com/spip.php?article263691&theme=9&sous_theme=12

  • Par Jukilo le : 11.03.2009 repondre au commentaire

    Jetez un coup d’oeil sur cet article : http://petaramesh.org/post/2009/03/10/Hadopi-dans-ta-face-ou-larroseur-arrose
    il explique très bien pourquoi ça ne marchera techniquement jamais, avec des termes compréhensibles même par moi.

  • Par François le : 11.03.2009 repondre au commentaire

    Un commentaire chopé dans pcinpact me paraît voir un peu plus loin:
    « Ils se fichent complètement des artistes, c’est un prétexte. Cette loi va permettre d’instaurer un filtrage généralisé avec l’approbation de la majorité de la population, moins ceux qui téléchargent et quelques autres. Il est là, le danger. Christine Albanel n’est pas nulle ou bête, elle a juste rangé sa conscience au fond de sa poche en échange d’un bon salaire, pour aller jouer le rôle d’épouvantail de service.Ça me semble une pratique courante au gouvernement, que de protéger le président de l’impopularité en faisant passer les lois qui dérangent par des ministres de paille. Et là, si la vérité était dévoilée nue, s’il n’y avait le verbiage professionnel de la ministre de la culture, dans le genre impopulaire, on atteindrait des sommets. On pourrait même raisonnablement penser que cette ignorance de la technique n’est que feinte. Avouez que voir de telles bêtises rassurerait presque sur l’avenir; des gens rassurés ne luttent plus beaucoup.
    Donc, pour résumer, les droits des auteurs, c’est sans importance pour le président, mais une infrastructure généralisée de filtrage, c’est littéralement une arme de guerre. Facile de deviner contre qui. Je m’interroge toujours sur les implications de cette loi. Enfin, puisqu’on ne peut apparemment pas l’empêcher de passer, cryptons, apprenons, déjouons, ayons toujours plusieurs coups d’avance. »

  • Par Fab le : 13.03.2009 repondre au commentaire

    Hey !

    Apparemment, y’aurait eu un point Godwin pendant la discussion de la loi Internet et Création, à l’assemblée : http://www.ecrans.fr/Quand-Albanel-marque-un-point,6626.html

    Cheers,
    F.

tout pareil

Comment, vous n'êtes pas branchés sur son twitter ? Embruns démissionne

Oui, oui, c’est grâce à internet qu’on a découvert Lorie Ils sont dans le Top 50, pas forcément dans notre Top 5

La musique qui fait du bien aux yeux REM : Un grand concert à emporter et de tout petits clips.

seconde pioche

Longue Connexion

Fatty

Internet, un remède bien efficace à la productivité Logos, vertiges, trous et Hitler, la journée en 10 liens

Go

LiensLiensLiens