Nan, je vous jure monsieur l'agent, j'ai un ordonnance

Un paquet matin, midi et soir pendant 3 semaines

Par Dominique Willieme

Souvenez vous. Oui Souvenez vous d’une époque où il était autorisé de fumer dans les lieux publics. Une époque où il ne fallait pas solder son compte épargne logement pour acheter une cartouche. Une époque où on n’avait pas peur d’aller voir son généraliste pour se faire prescrire 150 paquets de gitanes maïs.

Oui, souvenez vous d’une époque où on pouvait faire de la publicité pour les cigarettes.

A l’occasion d’une exposition sur le sujet « Not a Cough In A Carload: Images Used By Tobacco Companies To Hide the Hazards of Smoking » à la bibliothèque de NY, Caption X a ressorti quelques une des publicités utilisées par Marlboro, Camel et les autres pour vanter les bienfaits de la pion.

Et on s’y perd : Les dentistes recommandent de fumer « Viceroys« , 20 679 docteur sont au contraire pour Lucky Strike, 113 597 membres du corps médical fument Camel (avec leurs copains les spécialistes de la gorge), les enfants trouvent que Marlboro, c’est quand même plus classe et Reagan offre des Chesterfields à Noël alors qu’il est bien connu que le père Noël ne jure que par Pall Mall. On appréciera au passage qu’il était apparement mal vu, à l’époque, d’être approximatif dans les chiffres.

Aucun lien, mais pendant qu’on parle publicité, on nous signale aussi cette magnifique analyse publicitaire publiée dans le non-moins excellent bi-mensuel le tigre. A la votre.

  • Par dpc. rabat-joie le : 09.12.2008 repondre au commentaire

    Vivement 2040 qu’on puisse délirer de la même manière sur les pubs de portables et de Wifi, youpi !

  • Par JF le : 09.12.2008 repondre au commentaire

    Alors moi je vous dirais 1000 fois merci, vous venez de me faire decouvrir le tigre. C tout bonnement un delice :) :)

  • Par blatte le : 09.12.2008 repondre au commentaire

    on fume ou on … ? rapport à la pion

tout pareil

Un indice s'affiche en bas de votre écran Mais que fait la police ?

La dure réalité des hamburgers

Ah, magnifique sagesse des anciens La récession économique vue par la grand mère

seconde pioche

Fatty

Faut pas rester là, madame, faut partir maintenant BienBienBien, la fin et la suite

Ça coule pas de sources Non mais vous pouvez dire ce que vous voulez, je vous citerai en off

Go

LiensLiensLiens