Les forces de l’ordre, ces pédagogues nés

Par Dominique Willieme

Quand on promet à des enfants de 12 ans une « rencontre avec les gendarmes sur les risques liés à la consommation de drogues« , il se passe ça (lire aussi ici et ). Déprimant.

Pas de mots cles pour ce post.

  • Par damn le : 03.12.2008 repondre au commentaire

    Ils doivent super flipper à l’idée de la rencontre prévue en Mai avec des Médecins Proctologues sur les « Risques liés à l’ingestion massive de Chili »

    Par damn le : 03.12.2008

    J’arrive à rire de mes propres blagues pourries en me relisant, je crois que je vais me suicider en mangeant des chips, immédiatement.

    Par Fraid le : 03.12.2008

    « Ca créer de la bonne insécurité » (3e lienlienlien)

    C’est une mode politique, les oxymores ?
    Est-ce qu’elle se rend compte de ce qu’elle dit, Me la Ministre ?

    La prévention c’est donc aussi la peur…
    Plus d’un humaniste va se retourner dans sa tombe !

    Par Nico le : 03.12.2008

    CON-STER-NANT …

    Par Sylvain le : 03.12.2008

    Déprimant ? Le mot est faible, non ?

    Par damn le : 03.12.2008

    OH, arrêtez de répondre sur MON commentaire, c’est le mien, c’est privé, c’est pas un bar PMU quoi, un peu de respect

    Par Flo le : 03.12.2008

    Moi aussi j’ai bien rigolé quand j’ai lu ton commentaire Damn, recrache tes chips!

  • Par Thibaut le : 03.12.2008 repondre au commentaire

    Notez la grande pédagogie des gendarmes en matière de prévention anti-drogue : je me souviens très bien qu’en 3°, après une heure de sensibilisation, le gendarme était aller « cafter » au CPE les noms de ceux qui avaient l’air de s’y connaître… ils avaient eu droit à un entretien personnalisé, mais pas avec les gendarmes eux-mêmes.

  • Par Ralain le : 03.12.2008 repondre au commentaire

    Libé a publié un article sur le sujet aujourd’hui.
    Le chien s’est excité sur les sacs de certains élèves parce que ça sentait la réglisse…
    Qui ose amener de la réglisse au collège ? Impensable.
    Résultat : fouille en bonne et due forme.
    Et les gendarmes sont toujours d’aussi fins physionomistes : « On dirait qu’elle n’a pas de hash mais avec sa tête mieux vaut très bien vérifier, » i.e dans le soutif et la culotte. Nada.

  • Par mathieu le : 03.12.2008 repondre au commentaire

    Et ils appellent ça de la « sensibilisation ». Effarant !

Go

LiensLiensLiens