1 jeune internaute grossi 5 000 fois au microscope = 1 bite qui dit LOL

Les 5 conneries que des chercheurs ont trouvées

Par David Carzon

Ils étaient 28 chercheurs financés par la prestigieuse fondation MacArthur. Durant trois ans, ils ont interrogé 800 jeunes et leurs parents, ils ont passé 5000 heures devant MySpace Youtube, Facebook et les autres… Et dans leur étude finale, ils en ont déduit que le temps passé en ligne fait mûrir les jeunes. ROFLMAO comme dirait l’un. Mon cul comme dirait l’autre. BBB va vous décrypter les cinq plus belles conneries de cette étude. Quitte à forcer le trait nous aussi, mais nous, on a le droit.

1/ Le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour les jeunes d’acquérir des normes sociales

BBB : en gros, ce qu’on veut nous faire croire, c’est que le Jeune (on l’appellera ainsi par commodité) trouve mieux sa place dans la société grâce à Internet. L’exemple type, c’est le troll. Avant le web, le troll avait du mal à se faire reconnaître à sa juste valeur. Il pouvait soit téléphoner dix fois de suite à Monsieur Moncul pour lui demander si c’était du poulet, faire de fausses alertes à la bombe dans son lycée ou au mieux, s’amuser à découper le Femme Actuelle de sa mère pour envoyer quelques lettres anonymes bien senties à ses voisins. Aujourd’hui, grâce au net, le Troll peut emmerder beaucoup plus de monde à une plus grande échelle en beaucoup moins de temps. C’est tout bénef’.

2/ Le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour les jeunes d’explorer leurs centres d’intérêts en entrant en communication à distance

BBB : Selon l’étude, les jeunes s’appuient sur internet pour trouver des informations qu’ils ne trouvent ni à l’école, ni dans leur cadre de vie. Et c’est normal, c’est rarement à l’école ou chez ses parents que le Jeune trouve des centaines de millions de photos et de films de cul, des petites pilules ou des champignons qui font rire, des films et des chansons piratés à volonté. Bon, y’a qu’à voir les requêtes les plus fréquemment utilisées sur Google pour comprendre qu’on est quand même bien loin du mythe du Jeune qui va sur le web en revenant de l’école pour approfondir un détail qu’il n’a pas bien saisi en cours.

3/ Le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour les jeunes de développer des savoir-faire techniques

BBB : Là, pour le coup, les chercheurs ont raison. A force de bidouiller leurs machines ou de zoner sur les sites P2P, le Jeune est devenu un expert pour riper des DVD, cracker des jeux vidéo ou des consoles de jeu, brouiller les pistes de son adresse IP pour jouer les trolls… Bref des milliers des trucs qu’un adulte maîtrisant à peine son fax ne pourrait même pas imaginer. Certains finissent par être tellement spécialisés qu’ils deviennent hackers ou s’amusent à faire du spamming à échelle internationale. Oui, Internet crée des vocations aussi.

4/ Le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour les jeunes de découvrir de nouveaux moyens d’expression

BBB : Non, non, le Jeune ne découvre pas de nouveaux moyens d’expression, il l’invente que dis-je, il le révolutionne tout en restant en accord avec le plus torquemadiste des académiciens. Il y a 15 ans, les mots ou expressions ROFLMAO, MDR, PTDR, PIPIDR, LOL, LOLCAT, OMFG, ou autres smileys, n’existaient pas encore. Aujourd’hui, ils sont sur la tranche du Petit Larousse, prêts à passer du langage courant à la dictée de Pivot. Et que dire de ce langage SMS qui force une réforme orthographique qui ne voulait pas venir à coups de « c b1 » ou autres « a2m1 ».

5/ Le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour les jeunes de rester perpétuellement en contact

BBB : On ne peut qu’être d’accord avec le constat qu’internet est un moyen pour le Jeune de prolonger des amitiés existantes par texto, par téléphone, par site de socialisation, les blogs, les logiciels de discussion… Mais de là en déduire que cela fait mûrir notre Jeune, c’est un peu hâtif. Surtout si on regarde les Skyblogs… Internet permet de faire partie de plusieurs groupes réels ou virtuels. La question est : un individu au sein d’un groupe est-il plus intelligent qu’un individu seul? Pensez très fort au gnou et vous aurez la réponse

(photo gonzales2010 by flickr)

  • Par Louis le : 01.12.2008 repondre au commentaire

    Tiens, je sens que je vais encore jouer mon pas-tout-à-fait-d’accord.

    La seule chose intéressante à rechercher pour cet article, c’est si John D. et Catherine T. MacArthur ont des parts de participation dans une entreprise diffusant dans des services numériques. Le cas échéant, une étude dirigée par leur fondation n’a aucune crédibilité, c’est du pipi de chat, du marketing.

    En admettant que cette étude soit au dessus de tout soupçon, je trouve un peu facile de remettre en cause 5000 h de travail de 28 chercheurs avec un clavier et 20 minutes. Certes les conclusions données sont très vagues mais un simple exemple du contraire ne suffit pas à donner tort, c’est une argumentation de mauvaise foi.

    Il y a toujours eu des trolls, avant ils allaient dans les bals juste pour casser du village d’à côté, puis ils ont fait les canulars téléphoniques, puis ils sont passés sur internet. Que celui d’entre nous qui n’a jamais été un troll lève la main. Que celui qui s’en est remis baisse la main. Tout le monde a baissé la main. On a tous été trõlls. Le passer au filtre du numérique n’y change rien, un adolescent est un con.
    Idem pour les champignons (à l’époque je fumais le carton ondulé), les photos de cul (on avait Vanvan, il avait 18 ans et nous ramenait le Playboy chaque mois), les langages (qui n’a jamais ponctué toutes ses phrases de « super », « grave », « giga », « mortel », « t’vois » avec ou sans verlan, avec ou sans argot?).
    Quant à l’individu au sein du groupe, c’est une remarque très pertinente, qui a déjà dû être faite il y a 10000 ans environ. Au moment ou on a remarqué que sans échange, c’était quand même plus difficile d’apprendre plein de choses.

    Si maintenant on reprend l’étude en mettant de côté que le jeune est un jeune, et qu’il mettra systématiquement toute son énergie et tous ses moyens (du silex à internet) à être un con et qu’on en est tous passés par là (et encore, nombreux sont ceux qui gardent une éternelle jeunesse!), alors on se rendra sans doute compté qu’un jeune avec internet mûrit plus vite (même si ce n’est pas évident de prime abord) que son congénère dénué de numérique.

    Par JF le : 01.12.2008

    « un adolescent est un con. »
    Pauvre George si il t’entendais…

    Le temps ne fait rien à l’affaire.
    Quand on est con, on est con!
    Qu’on ait 20 ans, qu’on soit grand-père
    Quand on est con, on est con!

    Entre vous plus de controverses,
    Cons caduques ou cons débutants.

    Petits cons de la dernière averse
    Vieux cons des neiges d’antan
    Petits cons de la dernière averse
    Vieux cons des neiges d’antan

    Par JF le : 01.12.2008

    Correction orthographique :
    Georges
    entendait

  • Par S le : 01.12.2008 repondre au commentaire

    La vrai question Louis c est : est ce que quelqu un a appris quelque chose avec ces 5 « decouvertes » ?

    Par Louis le : 01.12.2008

    L’éternel débat sur la recherche, encore plus quand il s’agit de sciences humaines…

    La seule chose que je sais, et je n’irai pas éplucher le rapport pour essayer d’en savoir plus, c’est que 28 personnes sans doute vachement plus diplomées que moi on passé un bon paquet d’heure à étudier l’effet du contenu du net sur la maturité des jeunes geeks. C’est déjà pas évident comme sujet. (d’ailleurs, à la réflexion, on ne sait même pas si c’est comparé à des jeunes qui n’ont pas le net).

    Ensuite, j’ai effectivement dit qu’on n’apprenait pas grand chose de ces 5 conclusions tant elles étaient vagues. Ce qui est intéressant par contre, c’est que pour une fois, elles sont appuyées par un travail (scientifique), et non (seulement) par quelques préjugés.

    Quoi qu’il en soit, il en ressort un paquet de données, à traiter avec la circonspection qui sied, que chaque autre chercheur devrait pouvoir vérifier et réutiliser, et c’est déjà pas mal.

    Par david carzon le : 01.12.2008

    Louis, je suis entièrement d’accord avec toi, mais ça ne fait pas retirer une ligne de ce que j’ai écrit.
    Ce qui m’intéressait de travailler, avec mauvaise foi mais je l’assume, c’est cette vision un peu naïve qui en découle. Un peu à la manière du discours de Besson. Entre Dieu et Diable, nous n’avons guère le choix en ce moment. Et pourtant…

    Par Louis le : 01.12.2008

    Alors on est d’accord!

    Un ptit bisou?

  • Par Merew le : 01.12.2008 repondre au commentaire

    Comme très souvent ici : article sympa et commentaires rigolos. BBBonne continuation !

  • Par Dexter le : 01.12.2008 repondre au commentaire

    Dites moi les jeunes, vous cracheriez pas un peu dans la soupe là quand même ? Si c’est pas un comble ça : a-t-on déjà entendu un journaliste tenant un minimum à son chèque de fin de mois dire que le journal publiant ses articles est une merde ?
    héhé ouais c’est ça l’avantage, je suis pas payé à faire des commentaires, alors MOI j’ai le droit de dire que je suis d’accord avec cet article, mais pas vous…

    Par david carzon le : 01.12.2008

    tu parles à qui Dexter ? A moi ? parce que moi je suis autant pas payé à faire des articles sur BBB qu’à répondre aux commentaires. C’est dire si j’ai le sens des affaires…
    Alors j’ai le droit d’être d’une totale mauvaise foi, jusqu’à dire que je ne suis pas d’accord avec ce que j’écris. Oui, je suis schizophrène et alors?
    :)

    PS : j’aime pas trop les smileys, mais c’est pratique pour dire que je m’énerve juste pour la forme.

  • Par I'm a child le : 02.12.2008 repondre au commentaire

    Je retiendrais une chose de cette étude, avant même de l’avoir lue. Le « Jeune » est une espèce qui fait couler l’encre à flôt.
    Le Jeune et Internet (é vou)
    Le Jeune et sa crise d’ado
    Le Jeune et ses parents
    Le Jeune et ses copains
    Le jeune, ses profs et son avenir
    Le jeune dans la société
    Le jeune et l’autorité
    (…)

    Ô toi, jeune, qui rend chèvre les sociologues, les psy et les maisons d’édition ! Continue à être toi, ils continuront à penser qu’il y a forcément une raison derrière tout ça.

    Par JaunMakenro le : 02.12.2008

    - Le jeune et l’alcool (qui fourni 70% des sujet d’envoyés spécial)
    – Le jeune et la drogue
    – Le jeune et la loi
    – Le jeune et sa musique de jeune
    – Le jeune et les vieux

    Pitet si les chercheur avais 18ans il fairais des études sociologique et des reportages sur les vieux ? (Je vous laisse chercher des thémes, moi j’ai la flemme)

    Par Louis le : 02.12.2008

    Le jeune est vachement plus rentable à long terme que le vieux.
    Donc dans notre société le jeune est intéressant.

    (J’adooooooore les enthymèmes, pas vous?)

  • Par Suz le : 02.12.2008 repondre au commentaire

    Alors là je m’offusque.
    Donc le jeune, c’est le skyblogueur kikoolol, et internet ne le fera que régresser en orthographe et en relation sociales parce qu’il va écrire en langage sms sur msn et qu’il ne communiquera qu’avec sa communauté de groupies de Tokyo Hotel sur son skyblog? Ou qu’il trollera, ou autre.
    Mais, non ‘_’
    Tout de même, ces parasites de la toile, même chez les jeunes, ne représentent qu’une infime fraction des utilisateurs de la toile. Et oui il y en a que internet fait murir.
    Parce que j’ai été cette jeune sur internet, et que après coup quand je vois l’influence que ça eu sur moi, je vois la démonstration directe de ces 5 points.
    Internet ouvre l’esprit, je le pense.

tout pareil

Tu pourrais ranger cette bouteille d'ajax fête des fleurs, s'il te plait ? Préservatif en spray et questions métaphysiques

La musique qui fait du bien aux yeux REM : Un grand concert à emporter et de tout petits clips.

Comment, vous n'êtes pas branchés sur son twitter ? Embruns démissionne

Go

LiensLiensLiens