Des sujets qui parlent coco, des sujets qui parlent

Pour la télévision, habiter dans le coin, c’est un métier

Par Dominique Willieme

Une phrase du gars de la rue, c’est comme une photo : ça vaut plein de mots. Sauf que le gars de la rue, on ne peut pas vraiment l’interviewer juste parce que c’est un gars de la rue. Faut qu’on puisse le qualifier de quelque chose. Voisin, témoin du drame, ami de la famille conviennent généralement très bien.

télévision

Mais quand il ne s’agit ni d’une affaire de famille, ni d’un drame et qu’en plus il n’y a pas de voisins, ça se complique.

Alors du coup, on met « a mangé du verre« , « forcé à changer de t-shirt » ou encore « doesn’t buy the hype« .

Ca et plus à voir sur la compilations d’images de télé de Mike Sacks.

  • Par Heow le : 27.05.2008 repondre au commentaire

    Genial.
    Et tout l’aspect kitsh screenshot pris a l’ancienne…

    « So I had sex with a Pinata »

    wtf !

  • Par Antoine T. le : 28.05.2008 repondre au commentaire

    Excellent, merci ~~

tout pareil

Vive SplashDance, Vive la France Les jeunes parlent comme des pneus crevés

seconde pioche

Faut pas rester là, madame, faut partir maintenant BienBienBien, la fin et la suite

Ah, t’es mort. Ah ben non en fait.

Longue Connexion

Go

LiensLiensLiens