Pirate Bay est-il l'avenir de Balzac ?

Cult of Mac et Cult of iPod en téléchargement gratuit, l’industrie du livre s’essaye au P2P

Par Dominique Willieme

book

No Starch Press, éditeur de livres geek de San Francisco, conduit en ce moment une expérience plutôt innovante : mettre deux de ses titres phare en téléchargement gratuit via Bittorrent et The Pirate Bay.

L’idée, selon William Pollock, fondateur de No Starch Press, est de tester l’impact du télécharement sur les ventes de livre et tenter de trouver de nouveaux modèles économiques plutôt que de limiter l’usage via des DRM.

« Nous regarderons si le fait de donner des versions électroniques gratuites à un effet sur les ventes. Et s’il y en a un, s’il est positif ou pas. J’espère que ce sera le cas, parce que le P2P peut être aussi puissant que bénéfique« .

Le concept peut paraître séduisant mais il est aussi très éloigné des problématiques de l’industrie musicale, première victime du P2P. Si écouter un disque en MP3 est, pour la plupart des gens, équivalent à écouter un CD (non, la jolie pochette ne justifie pas 20 euros), ce n’est pas le cas pour le papier (que celui qui a déjà lu un roman de 400 pages sur un écran lève la main).

D’autant qu’il est rentré dans les moeurs de chercher de la musique en ligne alors que l’habitude n’existe pas pour les livres. Et il est assez peu probable que les deux ouvrages de No Starch Press suffisent à créer une habitude.

Si elle est concluante, l’expérience démontrera peut être au moins que la mise en ligne d’extraits assez longs pour se faire une véritable opinion avant de passer à la caisse est une façon pour l’industrie du livre de s’approprier l’outil web. Quant au piratage généralisé de l’intégrale de Malraux, on n’en est pas encore là. Et même si c’était le cas, quelque chose nous dit que les certains profs de français ne demanderaient pas mieux.

  • Par hastake le : 31.03.2008 repondre au commentaire

    Et on fait quoi une fois la main en l’air?

  • Par Bernard le : 01.04.2008 repondre au commentaire

    Faut se tenir au courant les gars: sur internet il n’y a qu’a se baisser pour trouver des textes, même récents.
    Je ne lis que sur écran depuis plus de 5 ans (palm, puis PPC) Je viens de relire une trilogie dont chaque volume fait entre 900 et 1200 pages.
    J’ai amassé une biblio numérique de plus de 5000 titres, sans difficulté. Ce qui tendrait à prouver que je ne dois pas être tout seul à le faire…
    Bien sûr il faut lire l’anglais (mais pas seulement) et avoir des goûts de geek (SF, mais pas seulement)
    Donc, oui le livre numérique existe et oui les éditeurs feraient bien de se pencher sur la question, pendant qu’il le peuvent :-)))

Go

LiensLiensLiens