Ça a beau être gratuit, c'est quand même le bordel

Qtrax : une posture ou imposteur ?

Par David Carzon

Je reviens deux minutes sur un événement qui s’est produit durant le Midem de Cannes et qui est révélateur des us et coutumes du bizness du net : on parle, on parle, on parle… et puis rien ou pas grand-chose.

qtrax

Partout dans la ville de Cannes, à l’intérieur du palais des festivals, sur les façades d’immeubles, il n’y en avait que pour Qtrax qui affichait tous les jours le nombre de fichiers musicaux téléchargés illégalement depuis le début du Midem. Bon, quand on fait ça, il faut avoir le cul propre. Mais manifestement, il restait quelques grelots accrochés aux poils (je sais, c’est dégueulasse, c’était juste pour rester dans la métaphore papier toilette). Et je dis pas ça pour James Blunt qui a joué le faire-valoir à l’une de leurs conférences de presse.

Moi, perso, avant d’arriver au Midem, je ne savais pas trop ce que c’était Qtrax, même si j’ai vite compris que c’était de la musique gratuite en peer-to-peer et ça devait être financé par la pub que devra se fader l’internaute en échange.

Mon éducation en la matière, c’est une des nombreuses, un des très nombreuses, très très nombreuses personnes chargées de faire la com’ de cette boîte lors du Midem qui m’a tout expliqué en détail. En fait, moi, toutes ces filles habillées de noir qui alpaguaient les journalistes dans les couloirs du palais, j’essayais plutôt de les éviter tant elles avaient l’air de faire de la retape agressive. Y’en a quand même une qui a réussi par m’attraper par l’accréditation. Elle me l’a limite arrachée pour savoir pour qui je bossais. Elle a vu que c’était pour 20 Minutes mais comme elle était du genre british, elle connaissait pas. Je lui ai expliqué, en toute modestie, que c’était le journal le plus lu de France juste pour me la péter un peu et là, je me suis rendu compte que j’avais fait une connerie : elle voulait plus me lâcher. Et de m’expliquer que Qtrax, c’était le premier site de téléchargement gratuit et légal en peer-to-peer, qu’il fallait absolument que je fasse un papier, que c’était la révolution, que je devais venir au dîner organisé par la société ou au petit-déjeuner…

Bon, là, une petite lumière rouge s’est allumée dans mon esprit (ça m’arrive quand je suis bourré et quand quelqu’un me prend pour un con et là j’avais rien bu) et haussant un de mes sourcils broussailleux (c’est pas vrai, mais ça donne un genre), je lui ai demandé avec mon accent anglais digne d’un Jacques Delors, si Qtrax avait signé des accords avec toutes les majors. Et elle, genre la main sur le cœur, le regard grave de celle qui se sent offensée d’être traitée de baratineuse, elle m’a assuré que ça faisait des années que Qtrax négociait avec toutes les maisons de disques pour avoir 25 millions de titres à télécharger, que jamais au grand jamais, ils ne se seraient lancés sans avoir tout bordé…

Bon, je le sentais pas trop, ça me rappelait trop l’histoire SpiralFrog, alors j’ai pas fait de papier, je suis pas allé à leur dej’ qui sentait le suçage de bites. J’ai fait d’autres trucs plus intéressants selon moi, j’ai mis ça de côté mais pas longtemps. Parce que très vite, de l’autre côté de l’Atlantique (c’est-à-dire les States pour ceux qui sont nuls en géographie), les grands pontes des majors américaines qui gèrent ce genre de deal ont fait savoir qu’il n’y avait pas d’accord avec Qtrax.

Et c’est un peu la queue entre les jambes que le patron a expliqué que « Qtrax s’est lancé au Midem en raison du soutien dont il bénéficiait de la part des ayants droit ». Traduction : « on nous dit que ce qu’on fait c’est bien alors on va pas attendre trois plombes d’être adoubé par une industrie déclinante, donc on se lance et on verra bien ».

Depuis, ça n’a pas l’air de s’être arrangé. Le service a bien été lancé (quand la technique suit). Sur PC pour le moment, la version Mac devant arriver fin mars. Du coup, je n’ai pu essayer puisque je suis macophile (et ce n’est pas le moindre de mes défauts) et en même temps, être obligé de regarder de la pub pour avoir de la musique, ça me donnerait un peu l’impression de vendre les reins de ma fille pour m’acheter une Wii. Si vous, vous avez testé, n’hésitez pas à me le raconter dans les commentaires, ça m’intéresse.

  • Par Projekt-D le : 12.02.2008 repondre au commentaire

    Ahah, bienbienbien sympa cet article^^
    J’aime trop « on nous dit que ce qu’on fait c’est bien alors on va pas attendre trois plombes d’être adoubé par une industrie déclinante, donc on se lance et on verra bien » -> excellent XD

  • Par Bob le : 12.02.2008 repondre au commentaire

    > pour avoir 25 millions de titres à télécharger
    C’est celà oui. Il n’y a pas une erreur d’un facteur 100 ?

    De plus le bizness de ce genre de site en ligne c’est on lance et on négocie ensuite, car sinon on n’a pas de poids pour le faire (dixit le patron d’un de sites de musique « gratuite »).

    Il faudrait expliquer aussi le fonctionnement de la chose : pourquoi est-ce que le service est dépendant d’une plateforme Windows (je suppose que tu voulais dire windows en parlant de PC), n’est-ce pas un service web en ligne ?

    Par David Carzon le : 12.02.2008

    Bob,
    – non non, je te promets, ils annoncent 25 à 30 millions de titres, mais je ne suis pas allé les compter.
    – je pense que tu parles de Deezer qui s’est lancé d’abord et a négocié après. Mais là, pour le coup, ça fait vraiment des années qu’ils négocient. Ils doivent regretter de ne pas avoir appliquer la tactique à la Deezer.
    – oui, je voulais dire windows. Apparemment, il faut un player adapté pour télécharger les morceaux. Player pas sous mac pour le moment donc.

  • Par Alconis le : 12.02.2008 repondre au commentaire

    Très bon article, « Y’en a comme même une » mis à part…

    Par David Carzon le : 12.02.2008

    je corrige merci

  • Par Stcoatotone le : 12.02.2008 repondre au commentaire

    euh… une petite question, comme ça, au passage… le principe même du 20minutes n’est-il pas aussi gratuité contre publicité??

    Par david carzon le : 12.02.2008

    oui sauf qu’on ne force personne à lire la pub pour avoir le droit de lire les articles. Ça fait une différence notable non ?

    Par Donkey shoot le : 14.02.2008

    serieux a quand la licence global .. ????

    ci les etats ne comprennent pas que la repression menerait a enfermer des millions de gens . je suis pres a payer 15 – 20 de plus par moi pour un dll libre et legal …

    menerve cet societe capitaliste !! rejoignez la cause marx…. non .. la je m’egard .

  • Par Gargamel le : 15.02.2008 repondre au commentaire

    Oh, faut pas se moquer du monde.
    Avec un rein, tu peux avoir une Wii ET plusieurs jeux !

tout pareil

Les chroniques de BBB pour Slate.fr Pourquoi Sarkozy continue d’envoyer des SMS quand Obama se démène pour garder son Blackberry…

Sans file d'attente et sans crétin qui bouche la vue Le musée à la maison (ou presque)

On n'a pas d'acteurs mais on a des idées Photos en double et information dans l’ordre, google encore

seconde pioche

C’est beau la vie en community T’as une voiture de fonction toi ? Non, j’ai juste Facebook

Faut pas rester là, madame, faut partir maintenant BienBienBien, la fin et la suite

Fatty

Go

LiensLiensLiens