Des grands moments de solitudes sortent parfois les vérités les plus criantes

Philippe Constantin, c’est la musique. Michel Constantin, c’est la castagne.

Par David Carzon

Rien de mieux qu’un pétit vécu pour bien comprendre la bonne ambiance et la franche camaraderie qui règnent dans l’industrie du disque.

Jeudi, c’était le grand soir de la remise du prix Constantin (du nom de Philippe Constantin, un directeur artistique célèbre). En gros, c’est l’équivalent musical du César du meilleur espoir. Donc, c’était jeudi soir et ça se passait à l’Olympia et le plus inattendu s’est produit entre les morceaux joués par les groupes nommés nominés sélectionnés (Aaron, Daphné – la gagnante-, Keren Ann, Rose…).

Les années précédentes, c’est Nagui qui animait la soirée. Cette année, pas de Nagui, mais Thomas VDB, ancien critique rock et nouveau comique. Entre les morceaux Thomas VDB devait meubler quelques minutes pour laisser à la technique d’installer le plateau de l’artiste suivant. Et bon, le garçon, c’est clair, il a moins de gens pour lui préparer ses fiches qu’un Nagui. Meubleur de temps morts, c’est un vrai métier et le Thomas, pour éviter les blancs, il s’est lancé dans des impros sur le fil.

Déjà quand il a expliqué qu’aujourd’hui « dans les maisons de disques, tout le monde tire des gueules de trois mètres de long », y’a eu comme un froid. Ensuite, il y a eu une autre petite gelée quand il a rappelé à l’assistance que Kaolin vendait plus de disques depuis qu’il s’est fait virer d’une major parce qu’il n’en vendait pas assez.

Mais surtout on a connu une véritable période glaciaire lors de l’interview sur scène d’un Florent Marchet pince-sans-rire. Voici l’échange (de mémoire) :

- Alors Florent, c’est la première fois que tu te produis à l’Olympia ?
– Euh non, j’ai déjà joué devant les commerciaux de ma maison de disque…

Un ange passe.

– Hmmm, et ils sont venus de la région Paca, de toutes les régions ?
– Oui, et on a passé une très bonne soirée.

L’ange repasse en faisant un doigt d’honneur.

  • Par Flying™ le : 18.11.2007 repondre au commentaire

    Pas compris grand chose à la 2ème partie de l’article …

    Par FLo le : 19.11.2007

    +1

    Par Quentin le : 19.11.2007

    Bon il y a une campagne qui commence sérieusement à me casser les neurones car partout, alors pour bien de-buzzer une campagne j’offre une belle poignée de main et un bisou à celui qui me trouve qui se cache derrière ce buzz de marketeux.

    emmajetaime.com
    owner-name: La Chose (c’est l’agence de pub mais qui est le client ?). je fais confiance à Chryde qui avait déja foutu en l’air le mystère de Dallaro (volvo).

    Bonne journée

    Par ToovR le : 19.11.2007

    apparement, ce serait pour un parfum jean paul gaultier. La maison a 32 ans, on parle de parfum, la typo de Paul fait penser a JPG…

  • Par patapouet le : 19.11.2007 repondre au commentaire

    Flying: +1, et puis semble que personne ne puisse nous expliquer. David, si tu passe par ici, tu peux nous eclairer?

    Par Olivier/Dubitatif le : 20.11.2007

    Je suppose que l’ange trouve paradoxal qu’une maison disque (donc une société d’un secteur censé être totalement dévasté par une crise sans précédent) ait les moyens de se payer l’Olympia pour y rameuter ses commerciaux de toute la France pour une convention.

    Mais bon, faut voir avec l’auteur…

    Pour ce qui est du remplacement de Nagui par Thomas VDB, ils n’ont pas du perdre au change…beaucoup moins cher et nettement plus drôle (j’ai eu l’occasion de le voir officier comme animateur d’un concours d’Air Guitar.

  • Par david carzon le : 20.11.2007 repondre au commentaire

    Ah merde, j’ai été un trop elliptique. De vivre la scène, ça paraissait évident avec le ton pince-sans-rire employé par l’artiste. Vous vous imaginez vous, vous venez de sortir un premier album et vous devez vous produire devant une assemblée de commerciaux pour défendre votre truc ? Il y a un côté bête de foire qui en rajoute je pense, à l’incompréhension entre le métier de faire un disque et celui de le vendre. En plus, c’est vrai que jouer pour la première fois, sur la scène mythique de l’Olympia dans ces conditions, il y a de quoi le vivre pas très bien. Ça reste mon interprétations, mais on sentait ce jeudi soir, dans ce moment, dans cet exemple, qu’il y a un problème plus profond que le piratage…
    bien à vous
    david

seconde pioche

Ah, t’es mort. Ah ben non en fait.

Faut pas rester là, madame, faut partir maintenant BienBienBien, la fin et la suite

Longue Connexion

Go

LiensLiensLiens